Joujoulac

L'usine de jouets JouJoulac et son histoire

Carte du XVIIème siècle

La forêt de Compiègne existe depuis le moyen-âge; avec les activités qui lui sont liées (Chasse et exploitation du bois). La proximité de l'Oise, comme le montre cette carte du XVIIème siècle favorisait déjà les échanges et le transport des marchandises (grumes et objets en bois).

L'activité du bois, pour la famille MONART, est établie au moins depuis le début du XIXème siècle, au Sud de Compiègne. Ambroise MONART, né le 11 mai 1816, à Jonquières (commune à proximité immédiate de Lacroix-Saint-Ouen, de l'autre côté de l'Oise), était layetier (fabricant de petits coffres et de caisses d'emballage en bois). Son fils Edouard, layetier à son tour, (né le 13 mai 1842 à Lacroix-Saint-Ouen) et Georges, le petit-fils d'Ambroise, (né le 14 juillet 1872 aussi à Lacroix-Saint-Ouen) se succéderont jusqu'à créer, en 1900, une fabrique de jouets.

Georges Monart,fondateur de l'usine en 1900. Lacroix-Saint-Ouen, un gros village, dans la vallée de l'Oise, en lisière de la forêt de Compiègne, avec des usines ayant, pour la plupart, un lien direct avec cette dernière. Au début du XXème siècle, l'usine produisait des jouets pour filles. Au début du XXème siècle, l'usine produisait des jouets pour filles.

T puis son fils Pierre Monart (1911-1999) ont produit des jouets de bois laqué sur une période de 69 ans : de 1900 à 1969, année de fermeture de l’entreprise. La fabrication de jouets est accompagnée d’une production de boissellerie d’une intensité variable au fil du temps : très forte au début du xxè siècle, exclusive pendant la Seconde Guerre mondiale, les Occupants ayant interdit la production de jouets. Les jouets Monart-Joujoulac se sont inscrits dans leur époque : alors qu'au tournant de 1900, l'automobile commence son essor, Monart-Joujoulac lance ses jouets...roulants : autos, camions, etc. Bien plus tard, la Citroën DS dont on a fêté en 2005 le cinquantenaire marque, avec sa réplique en bois laqué au 1/10è, un sommet couronné en 1956 par l'oscar du jouet. Plus tôt, dans les années 30, les deux chiens Ric et Rac dessinés par Pol Rab sont des sosies, en bois...et sur des roues, des deux chiens de la revue humoristique Ric et Rac éditée par Arthème Fayard. La marque commerciale JouJoulac, quant à elle, a été déposée en juin 1949. A noter que Lacroix-Saint-Ouen comprenait une autre fabrique de jouets : les Ets Bocquet (de 1928 environ à 1955 environ). Monsieur Lucien Bocquet, ancien contremaître de Georges Monart, a consacré son activité aux meubles de poupées et dans une moindre mesure aux meubles d'enfants (bureaux par exemple) alors que Georges Monart s’est spécialisé dans les jouets de garçons. Cette répartition était, selon la tradition familiale, le fruit d'un accord tacite entre les deux hommes, car Georges Monart, dans ses débuts, avait travaillé pour filles et garçons. Les jouets JouJoulac incorporaient des éléments provenant d'autres régions : roues tournées dans le Jura.

Vue aérienne de l'usine vers 1960.

Vue aérienne de l'usine, vers 1960 : 1) Entrée de l'usine au 77, rue Pasteur; les bâtiments de part et d'autre de l'entrée subsistent encore aujourd'hui dans un état proche de l'origine 2) Scierie 3) Séchage des planches à l'air libre 4) Ateliers de découpe 5) Assemblage, peinture et séchage 6) Magasins de jouets et de fournitures 7) Alimentation électrique de l'usine (transformateur), 8) Cheminée ayant servi pour la force motrice (à vapeur) de l'usine, jusqu'à 1920. On devine l'Oise*, au fond de la plaine du Meux (Tout en haut et au milieu de la photographie), derrière le rideau d'arbres.

Enregistrement de la marque Joujoulac au Bulletin Officiel de la Propriété Industrielle.

(Page suivante)Exposition 2005 "MONART-JOUJOULAC" en forêt de Compiègne
Fiche Monart-Joujoulac sur la base d'information Mérimée du Ministère de la culture (Cliquez ici puis, sur l'écran qui apparaît, tapez 'Joujoulac' dans "texte libre" et validez)
retour au sommaire